Pourquoi les intestins sont-ils si longs ?

La S.A. Digestion: Une usine qui tourne 24 h sur 24 pour vous

Neuf mètres magiques

Notre système digestif est un miracle de la nature. Disons même… une petite usine chimique miraculeuse. Salades, beefsteak, yaourt, oranges: tous les aliments que nous ingurgitons y sont transformés par des machines complexes – et liées les unes aux autres – en éléments utilisables. En petites particules que nous appelons molécules. Celles-ci sont absorbées dans notre circulation sanguine. Notre sang transporte ensuite les molécules vers les cellules de notre corps, où elles sont converties en énergie et en d’autres substances pour l’entretien de notre organisme.

Il est temps de faire une visite d’usine !

1 La bouche

C’est ici que débute la digestion. Nos dents broient les aliments en petits morceaux. Ceux-ci sont mélangés à la salive. Les enzymes présentes dans la salive entament immédiatement la transformation de la nourriture.

2 L’œsophage

Les aliments que nous mastiquons ne tombent pas simplement par un long tuyau, jusque dans notre estomac. Ils sont transportés par l’œsophage. Celui-ci peut être comparé à un tunnel musclé. Un système musculaire ingénieux se contracte continuellement et en rythme du haut vers le bas: il effectue les mouvements péristaltiques. Ces contractions musculaires ne se limitent pas à l’œsophage. Elles enserrent et poussent nos aliments tout au long du tractus gastro-intestinal.

3 L’estomac

L’œsophage achemine les aliments vers l’estomac. Ce dernier peut être considéré comme une sorte de cuve de stockage. Si nous n’avions pas d’estomac, nous serions obligés de manger des petites portions de nourriture sans discontinuer. Heureusement, nous disposons d’une capacité de stockage d’environ un litre et demi.

Dans notre estomac, les aliments sont mélangés pendant plusieurs heures au suc gastrique: un mélange puissant d’enzymes et d’acides. Les enzymes transforment la plupart des protéines et l’amidon présents dans la nourriture. Les acides tuent la majorité des bactéries. Le résultat de ce traitement glisse ensuite lentement vers l’intestin grêle.

4 L’intestin grêle

Après un séjour dans l’estomac, la bouillie à moitié digérée produite à partir de votre alimentation arrive à présent dans un tuyau doté d’une multitude de petits plis (villosités). De nouveaux sucs digestifs sont libérés. A ce niveau, les particules de nourriture sont converties en molécules plus simples: les glucides, les protéines et les lipides, qui pénètrent ensuite, par la paroi intestinale, dans la circulation sanguine.

Quelques chiffres à propos de l’intestin grêle :

Si on le déroule, notre intestin grêle a une longueur d’environ 6 mètres.
Grâces aux villosités (ces petits plis, vous vous souvenez?), la surface totale de l’intestin atteint pas moins de 300 m². C’est presque autant…qu’un terrain de tennis.
Sans les villosités, notre intestin grêle devrait – pour accomplir le même travail – avoir une longueur de 3 kilomètres.

5 Le gros intestin et le rectum

Les résidus d’aliments restent à ce niveau entre 5 et 70 heures. Les restants d’eau et de minéraux (par ex. le sel) sont absorbés. Les bactéries (tout à fait, les bactéries – nous en reparlerons plus loin!) transforment ce qui reste des aliments non digérés. Ce qui en résulte est stocké dans le rectum, la dernière partie du gros intestin. C’est ici que s’accumulent les selles, avant de quitter notre corps via l’anus.

Quelques organes très contributifs :

6 Le pancréas

ne fait pas directement partie du système digestif, mais apporte une contribution (essentielle). Cette glande sécrète entre autres un suc qui neutralise le suc gastrique. Le pancréas produit aussi des enzymes digestives qui aident à digérer les aliments.

7 Le foie

est l’un des principaux laboratoires chimiques et lieux de stockage de notre corps. Il transforme les nutriments qui lui sont délivrés par le système digestif par l’intermédiaire du sang. Les matières premières que le foie doit traiter arrivent par la veine porte: des protéines, qui sont converties en acides aminés, des glucides sous la forme de sucres, des lipides… Le foie produit aussi la bile, un suc digestif qui convertit la graisse contenue dans nos aliments en petites gouttes. Cette bile attend dans la vésicule biliaire jusqu’à l’arrivée d’un repas plus gras.

8 La vésicule biliaire

forme un réservoir pour la bile produite par le foie. La vésicule biliaire agit en soustrayant l’eau de la bile, qui devient dès lors plus épaisse et prend une couleur verte caractéristique.